Sous la direction de Jean-François CHIANTARETTO et Georges GAILLARD.
Avec les catastrophes génocidaires et leur projet négateur de l’appartenance humaine des victimes, dont la Shoah a constitué la figure emblématique, le vingtième siècle a marqué une rupture dans la culture. “L’écroulement de ce qui assurait à chacun, à son insu, inconsciemment, la certitude d’un pacte entre l’homme et lui-même, et les autres, cet écroulement a eu lieu, quelles que soient nos forces de dénégation”.
Dans la perspective ouverte par Freud avec Malaise dans la culture, Nathalie Zaltzman a pris acte de l’absolue nécessité de repenser le travail de la culture, qui s’accomplit par le “psychique dans l’individuel”. Le travail de la culture, consistant à rendre (partiellement) pensable ce qui indissociablement anime le sujet, le dépasse et lui échappe, est au cœur du travail de la cure. Cette posture théorique novatrice procède de l’invention en 1979 du concept de “pulsion anarchiste”, qui a fait date dans le champ psychanalytique, tant au plan national qu’international, et participait d’une critique de la tendance des analystes à ramener toute conflictualité psychique au couple sexuel / narcissique.
Il s’agit de prolonger la théorisation freudienne de la pulsion de mort, en l’enrichissant d’une variante au service de la (sur)vie. Nathalie Zaltzman repense ainsi l’articulation narcissisme individuel / narcissisme collectif et dessine une approche de la négativité, au-delà de l’auto-destructivité narcissique de type mélancolique ou de la haine de la culture suscitée par l’exigence collective de sacrifices pulsionnels. Dans cette perspective, l’espace culturel apparaît irrémédiablement traversé par une lutte entre le travail de la culture comme prise de conscience transformatrice du négatif et la régression (auto)-destructrice, agglomérant dans la masse l’individuel et le collectif.
Ce colloque, ouvert aux psychanalystes comme à tous les auditeurs curieux, visera à faire comprendre la place aujourd’hui décisive de cette œuvre. Elle vient témoigner de l’importance vitale tout à la fois de la psychanalyse pour penser la puissance bivalente des processus culturels et de ce travail de pensée pour maintenir la puissance thérapeutique et scientifique de la psychanalyse.

> Télécharger le programme

UTRPP

menu-mobile

logoUTRPP
Retour haut de page