Le statut de ce compte utilisateur est Approuvé·e

Cet utilisateur n'a encore ajouté aucune information à son profil.

Mes domaines d’intérêt portent sur le traumatisme psychique, la précarité sociale, les fonctionnements limites, les addictions et les méthodes qualitatives.

 

√ A partir de mon expérience clinique de la précarité sociale, j’ai engagé une première recherche qualitative dans le cadre d’un Master (2009). Celle-ci montre l’impact psychotraumatique de la situation de précarité quand elle est extrême (exclusion sociale, SDF)

 

√ J’ai réalisé par la suite sur le même thème de la précarité sociale, une thèse en psychologie, soutenue le 21 janvier 2015. Dirigée par le Pr. Thierry BAUBET, UTRPP, Université Paris 13 et co-dirigée par Mme Gesine STURM (MC), LCPI, Université Toulouse J. Jaurès, elle a reçue la mention très honorable avec félicitation du jury à l’unanimité.

 

√ Depuis 2016, je travaille sur un projet de recherche concernant les blessures auto-infligées, leur dimension addictive et leurs liens avec les conduites addictives, chez des adolescents de 11 à 18 ans fréquentant une Maison des Adolescents. Cette recherche sera réalisée en collaboration avec M. Aurélien Ribadier, Psychologue clinicien, Docteur en Psychologie, Laboratoire Psychopathologie et Processus de Santé LPPS (EA 4057) de l’Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité et Mme Hélène Romano, Docteur en Psychopathologie clinique, Habilitée à Diriger des Recherches.

PRECARITE SOCIALE, TRAUMAS ET FONCTIONNEMENTS LIMITES, UNE LOGIQUE DE SURVIE PSYCHIQUE COMME DENOMINATEUR COMMUN.

Recherche qualitative en psychologie auprès de sujets en situation de précarité sociale.

Soutenue le 21 janvier 2015

Son intérêt porte sur la méthodologie utilisée et l’originalité de sa construction : en effet, elle s’appuie sur la méthode issue de la Grounded Theory dont est issue une première analyse de type phénoménologique. Une seconde lecture clinique est mise en discussion avec des éléments théoriques de divers champs comme le propose la méthode complémentariste de Georges Devereux.

Son second intérêt porte sur la théorisation qui en ressort : il apparait que les personnes en situation de précarité se trouvent dans une logique de survie psychique présentant deux fonctions essentielles que sont la préservation narcissique et la lutte contre la désubjectivation. Celles-ci tendent, plus généralement, vers une recherche de maitrise afin d’éviter un effondrement psychique déjà éprouvé (Winnicott, 1969). Le clivage de l’objet, la fragilité du Moi-peau (Anzieu 1985), l’acting, la tendance à la répétition, mais également la dimension persécutive sont les éléments principaux du modèle de fonctionnement psychique.

Ce modèle n’est pas étranger à d’autres contextes éprouvés par les sujets rencontrés (événements bouleversants, ruptures, placements…) qui ont en commun la paradoxalité (Roussillon 1991). Les sujets tentent de renégocier cette nouvelle situation paradoxale qu’est la précarité sociale afin de l’intégrer, en se positionnant comme acteur.

Ce modèle de fonctionnement psychique est proche des organisations limites et narcissiques. Nous ne pouvons cependant les assimiler de manière systématique à des fonctionnements pathologiques du fait qu’ils sont adaptés à un contexte où la survie psychique est primordiale.

Direction et co-direction :

  • Pr. Thierry BAUBET, UTRPP, Université Paris 13
  • Gesine STURM (MC), LCPI, Université Toulouse J. Jaurès

Publications

  • Fierdepied, S., Sturm, G., Baubet, T., Récit de vie et vécu de précarité sociale : exemple d’une recherche en psychologie, soutenue par un logiciel de données qualitatives, en cours de publication pour Nouvelles Perspectives en Sciences Sociales.

 

  • Fierdepied, S., Sturm, G., Baubet, T., Complémentarisme des méthodes : à propos d‘une recherche qualitative en psychologie sur les récits de vie et le vécu subjectif de précarité sociale, en cours de publication pour Recherches Qualitatives.

 

  • Fierdepied, S., Sturm, G., Baubet, T., 2016, Traumatisme psychique et environnement défaillant chez les individus en situation de précarité sociale, Bulletin de psychologie 2016/1 (Numéro 541), p. 3-17. DOI 10.3917/bupsy.541.0003 https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01352757

 

 

 

 

Communications 

  • Intérêt de la combinaison de méthodes dans l'étude clinique du fonctionnement psychique : l'exemple d'une étude sur le vécu subjectif de la précarité sociale. Présentée lors du colloque international du RIFReQ le 18 juin 2015 à Montpellier. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01352762

 

  • Conduites addictives chez les personnes en situation de précarité sociale et modes relationnels. Présentée lors du colloque régional A.N.P.A.A. « Les compétences psycho-sociales », le 3 avril 2014

 

  • Les actings chez les individus en situation de précarité sociale. Présentée le 25 janvier 2014, à la journée doctorale LPCP, « Honte et culpabilité », à l’Université Paris Descartes.

 

  • Les individus en situation de précarité sociale : du vécu traumatique au fonctionnement psychique. Aspects méthodologiques de la recherche. Présentée lors du colloque des doctorants d’Erasme, université Paris 13, le 11 avril 2013 à l’université Paris 13.

 

  • Aspect traumatogène de l’exclusion sociale. Regard ethnopsychanalytique. Présentée à la Société Médico-Psychologique, le 19 décembre 2011.

 

  • Présentation des résultats et discussion autour d’une enquête départementale sur le binge-drinking chez les adolescents du Cher. Présentation publique en octobre 2010 à l’Institut National des Sciences Appliquées (INSA) de Bourges

 

  • Intervenante à l’Ecole Régionale du Travail Social d’Olivet (45) depuis 2010, j’assure plus de 70 heures de cours par an sur des thématiques diverses comme : la précarité sociale, le traumatisme psychique, les violences faites aux femmes, la pratique de l’entretien, l’étude de textes fondamentaux en psychologie de l’enfant, les addictions et l’addictologie, le processus adolescent.

 

  • J’interviens depuis 2014 auprès des étudiants de Master 2 en Sciences de l’Éducation, spécialité Ingénierie de l’aide spécialisée à la personne à l’Université Paris Descartes. Je suis membre du jury depuis 2016 lors de la soutenance des mémoires de fin d’année.  

 

  • J’interviens également depuis 2014 auprès des étudiants en Master 1 et 2 en Psychologie, à l’Université Paris 13 sur les thématiques de la précarité sociale ainsi que sur la conférence des professionnels.